Mots (Thanks to Robert Smithson)
4 cartels, 4x8 cm, 2016
1/4

Ces cartels peuvent être indépendants et évoquer une œuvre chacun, être une oeuvre référence d'une autre oeuvre. Ils sont donc sources de construction mentale. En assemblant les titres, on retrouve une phrase de Robert Smithson : Un mot hors de l'esprit est un ensemble de lettres mortes. Autrement dit, comme Smithson nous l'a prouvé avec A Heap of language1, qui nous invite à nous éloigner du sens pour apprécier le caractère graphique du mot, une phrase n'est qu'un assemblage mental d'éléments référents faisant sens entre eux. Ces cartels créent à la fois ce sens mental et la dissolution de ce sens, pouvant chacun être aussi indépendants les uns des autres que les lettres d'un mot. Cet aspect est renforcé par les matériaux et tailles absurdes évoquées pour chaque œuvre fictive. Cependant, elle existe dans l'esprit de chacun, différemment. Je me pose la question de l'abstraction totale de l'art. Si l'oeuvre est construction mentale, est elle la plus abstraite possible ? Ou simplement immatérielle ?

D'autre part, ces 4 artefacts institutionnels font œuvre, et participent à une critique de l'art institutionnalisé et marchand de par cette immatérialité maximale des oeuvres auxquelles ils font référence. Chacun peut se figurer à sa guise une oeuvre imaginaire composée de pensées, cheveux, sang, jeu de scrabble... L'utilisation de la police Times New Roman répond à un besoin de reprendre des standards institutionnels froids et répétitifs : le blanc, la propreté, le lisse, tout ce qui "retranche de l'oeuvre d'art tous les signaux interférant avec le fait qu'il s'agit d'art, ce qui pourrait nuire à son autoévaluation".

 

Lors de leur présentation, on m'a reproché de trop appuyer ce caractère absurde et démesuré par trois aspects superflus : d'une part, la présence de l'air dans les composants rend trop lourde l'invitation à entrer dans des oeuvres flottantes et imaginaires. D'autre part, les dimensions évoquées ne correspondent pas à la place laissée entre les cartels : elles sont trop grandes voire absurdes (-1,5m etc...). Enfin, le fait de commencer les titres des trois derniers cartels par une majuscule, qui casse la potentielle recomposition de la phrase.

 

 

 

 

1Robert Smithson, A heap of language, pencil on graph paper, 16.5 × 55.9 cm, 1966