Digitalis purpurea, 2021, édition unique,
11 x 29 cm, 152 pages

Digitalis_purpurea1.jpg
Digitalis_purpurea2.jpg

Digitalis purpurea est une digression visuelle et textuelle partie d’une analogie entre les pratiques dites

« digitales » et la plante herbacée du même nom. Utilisée par les sorcières dans leurs onguents hallucinatoires et puissant poison cardiotoxique, elle aurait pu, selon une hypothèse tenace, jouer un rôle dans la mort de

Van Gogh et modifier sa perception des couleurs. L’édition rejoue en flipbook la chute d’une fleur pixellisée, animée en 3D et à peine reconnaissable, pour questionner en filigrane l’impact de l’omniprésence
numérique sur les corps et les mots.

Digitalis_purpurea3_edited.jpg